, ,

Blue Festival : «Le meilleur pour les meilleurs»

Nathan de Oliveira Maia et Thomas Rallo
Nathan de Oliveira Maia et Thomas Rallo

 

 

Rendez-vous au Dock Pulman à Paris les 10 et 11 avril, pour la première édition du Blue Festival.  Le Blue Festival c’est quoi ? 3500 m² prêt à accueillir 10 000 personnes en deux jours et 8 DJ de standing mondial. De Olvier Hutenmann à Gaiser, en passant par Oliver Koltezki, le boss de Still Vor Talent,  le niveau sera très relevé.

Mais le Blue Festival, c’est surtout la Douce Productions,  organisatrice de cet événement unique. Après la Blue Origin en novembre dernier, la Douce Productions a vu plus grand avec le Blue Festival. Pour tenter de comprendre cette évolution, Actumag est parti à la rencontre de Thomas Rallo et Nathan de Oliveira Maia, fondateur de la Douce Productions.

 

 

 La Douce Productions existe depuis maintenant deux ans. Comment expliquez-vous une ascension aussi fulgurante ? 

Aujourd’hui l’équipe de La Douce Productions est un groupe de personnes passionnées. La passion et le travail de chacun explique simplement et naturellement cette ascension fulgurante.

 

 

 Pourquoi vous êtes-vous lancé dans un tel projet ? Qu’est-ce qui manquait dans les soirées que vous aviez l’habitude de fréquenter ?

On s’est lancé dans ce projet encore une fois pour la passion de la techno, des arts numériques et de l’événementiel. On souhaite faire vivre aux français des sensations et des émotions uniques grâce au show de lumière et de musique.

 

 

 On a souvent dit qu’on ne savait plus faire la fête sur Paris. Etes-vous toujours d’accord avec ça ?

Chacun à sa propre définition de faire la fête. On peut s’amuser sur Paris grâce à tous les formats proposé, soirées, mini-festival, festival… Mais les parisiens ont encore beaucoup de choses à découvrir comparé à des villes comme Berlin ou Amsterdam.

 

 Nathan, vous avez débuté dans la gastronomie. Qu’est-ce qui vous a poussé a poussé à vous lancer dans l’univers électro ?

La passion pour ce genre musical à la fois underground et magique.

 

Et vous Thomas. Comment on passe d’informaticien à organisateur de festival ?

Comme Nathan, j’ai décidé de vivre de ma passion.

 

 Il y a eu la Blue, la mini Blue, la Blue Origin est maintenant le Blue Festival. Qu’est-ce qui change à chaque fois ?

 Le format.

 

 Depuis quelques années, beaucoup de festivals et d’événements autour de la musique électronique ont fait leur apparition. Ne craignez-vous pas la concurrence ?

Chaque événement est unique. Le nôtre se démarque grâce aux art numériques. Une belle équipe technique, ARTEFACT, REMOTE et FUNKTION ONE sont les meilleurs pour les meilleurs.

 

 Quels aspects pensez-vous pouvoir améliorer ou apporter à la Douce Productions, notamment dans l’organisation de vos événements ?

On souhaite améliorer notre communauté. On désire vraiment partager le concept Blue à un maximum de personne. Notre communauté aujourd’hui a été séduite sur un événement.

 

 Avez-vous des préférences musicales, en ce qui concerne l’électro ? (deep, minimal, techno…)

On écoute tous les styles de musique. Mais on aime partager la techno.

 

 Qu’est-ce que vous écoutez en dehors de l’électro ?

Vraiment tous les styles funk, rap, soul, blues …

 

 Enfin dernière question un peu pourrie si vous me le permettez. Vous faîtes quoi le 10 et 11 avril prochain ?

On gère l’organisation et on profite en regardant notre communauté être heureux !

 

 

Laisser un commentaire