, ,

L’agriculture française hors de France ?

Il y a de quoi en rire… ou peut-être pas. Le fameux « Consommons local » va-t-il bientôt appartenir au passé ? C’est la menace que le lobby des agriculteurs avait dernièrement fait planer sur les députés européens, chargés de revoir les plafonds nationaux d’émissions pour les principaux polluants générés par l’industrie, les transports, l’énergie et l’agriculture.

Portrait d’une future star: Bella, 7 ans, vache mascotte du Salon de l’Agriculture — 19/02 - YouTube thumbnail

Tous les regards des agriculteurs étaient tournés hier vers le Parlement européen qui votait le rapport de la commission de l’environnement. Le résultat peut surprendre : les eurodéputés n’ont pas suivi les avis de sa propre commission de l’environnement. Le lobby agricole, très influent, a-t-il été très persuasif ? On peut le penser. La commission sur l’environnement souhaitait que l’exécutif européen vote une réduction de 30 % des émissions de méthane (produit par le bétail) et de 27 % des émissions d’ammoniac d’ici 2030. Un souhait rejeté par le lobby agricole, comme Copa-Cogeca qui regroupe les coopératives agricoles et éleveurs européens. Et le Parlement européen a entendu les craintes des agriculteurs… au détriment de l’environnement. La lutte contre le changement climatique et du coup la COP21, qui aura lieu à Paris en décembre, en prennent sérieusement un coup. Après le scandale Volkswagen où les députés européens ont refusé d’ouvrir une enquête, les voilà qui refusent de voter des seuils d’émissions de polluants plus stricts. L’air plus sain attendra… mais l’agriculture restera dans nos chères contrées. Pas de panique, le monde est sauf.

Stéphanie DEMANDRILLE

 

 

Laisser un commentaire