, ,

Sel, sucre, farine, lait, 4 poisons blancs !

S’alimenter correctement et avoir une bonne hygiène de vie contribue largement à rester en bonne santé

Vous voulez rester en bonne santé et vivre longtemps ? Lisez nos quelques conseils et éviter à tout prix les 4 poisons blancs !

Il n’y a pas de recette miracle cependant il est reconnu que s’alimenter correctement et avoir une bonne hygiène de vie contribue largement à rester en bonne santé.


En effet, notre alimentation comporte de nombreux ingrédients plus ou moins bons pour notre corps mais il en existe 4 qui sont particulièrement nocifs pour notre organisme.

4 ingrédients néfastes ou plutôt 4 poisons blancs pour notre santé !

Cet article vous explique pourquoi il faut à tout prix éviter les 4 ingrédients, ou poisons si vous préférez, ci-dessous.

Plusieurs études et thèses de professeurs prouvent qu’en évitant, de votre alimentation quotidienne, les ingrédients mentionnés, ci-dessus,  vous pourrez sans doute vivre plus longtemps et surtout en meilleure santé.


A lire aussi sur le site alternativesante.beLait de vache poison pour l’homme ?


Les 4 poisons blancs !

sucre
1°) Le sucre raffiné

Le sucre principal cause de surpoids et de diabète est présent dans de nombreux aliments. Le principe fondamentale du sucre est d’élever, de manière temporaire, la quantité d’énergie disponible dans votre organisme. Cette montée temporaire à pour incidence de provoquer une chute énergétique durable juste après. En effet après cette consommation, votre pancréas doit travailler pour compenser le manque d’énergie provoqué par la consommation de sucre raffiné.

Il est maintenant prouvé que la consommation permanente d’aliments raffinés est à l’origine de la multiplication des cas de diabètes.

L’indice glycérique comme repère central :

L’indice glycémique d’un aliment donne l’effet relatif de l’absorption d’une quantité fixée de cet aliment sur la glycémie, la référence étant l’effet de la même quantité de glucose. Mais il ne représente pas du tout la quantité de glucide ingéré quand on mange une portion habituelle d’un certain aliment. Par exemple, la pastèque a un indice glycémique de 75, mais elle contient très peu de sucre. Une portion raisonnable de pastèque ne provoquera pas de forte augmentation de la glycémie.

Pour remédier en partie à ce problème, on a introduit la notion de charge glycémique, qui multiplie l’indice glycémique par la teneur totale en glucide de l’aliment :

 CG = IG \times \frac{m_\mathrm{glucides}}{m_\mathrm{aliment}} .

D’autres indices présentés comme plus pertinents ont été établis, notamment l’indice insulinémique et « l’indice de fructose ». L’indice glycémique étant basé sur le taux de glucose sanguin, il ne tient pas compte des autres monosaccharides circulants et métabolisés. Le fructose présente un cas intéressant. En effet, certains scientifiques suggèrent l’essai d’un « indice de fructose », puisque ce dernier pourrait contribuer à la résistance à l’insuline (études statistiques chez l’homme et plusieurs études chez les rongeurs). Cette nouvelle tournure pourrait discréditer la méthode de Montignac, réductrice quant aux effets du fructose qu’elle élève à un stade de sucre davantage bénéfique.

Le saccharose est composé de glucose et de fructose. Le sirop de glucose-fructose (high fructose corn syrup) est très utilisé dans l’agro-alimentaire, ce qui introduit des quantités fortes et inhabituelles de fructose dans notre alimentation.


 

sel2°) Le sel

Le sel, trop couramment utilisé dans notre quotidien, est un ingrédient qui s’attaque directement à notre coeur. Reconnu historiquement comme un puissant conservateur, le sel est présent dans la quasi totalité des préparations industrielles.

La consommation de sel est devenu de nos jour excessive, il faut compter environ 10 g par jour alors que les réels besoins sont de 2 à 4 g par jour. Cette surconsommation est très néfaste pour notre organisme provoquant notamment de la retention d’eau et déclenchant de l’hypertension artérielle en augmentant considérablement les risques cardio-vasculaires

Le sel est cependant un ingrédient essentiel, il ne faut pas l’éviter à tout prix mais il convient simplement de ne pas en ajouter dans tout ce que nous consommons.


 

farine3°) La farine raffinée

La farine raffinée fait que le pain blanc ne possède que très peu de valeurs nutritives.

L’ironie du sort c’est qu’historiquement la farine blanche était convoitée car seuls les riches pouvaient se la payer : elle demandait plus de travail au meunier et était donc vendue plus chère. La farine noire avait mauvaise presse. En plus de cela, la farine blanche doit son essor à la facilité de conservation qu’elle procure. Étant inerte, elle se conserve mieux, facilitant ainsi le travaille de nos industriels.

Le problème d’une farine raffinée c’est que comme pour le sucre raffiné, elle augmente l’indice glycémique de votre corps et apporte peu d’éléments nutritifs pour votre corps. L’action de raffinement tue et retire les minéraux et autres éléments présents à la base dans le blé.


lait de vache

4°) Le lait de vache

Le lait quand à lui commence à être controversé. Le Professeur Henri Joyeux a rendu public plusieurs thèses expliquant le côté néfaste du lait de vache pour l’homme. Dans cette vidéo, il nous explique pourquoi le lait de vache est dangereux pour l’homme et pourquoi est-il véritablement un poison pour l’être humain !

Mais qu’est-ce qui rend le lait de vache si toxique pour notre santé ?

  • Les pesticides, fongicides et engrais chimiques utilisés dans les cultures fourragères se retrouvent dans les fourrages puis dans le lait de vache : le lait de vache contient 5 fois ½ plus de pesticides que les végétaux (la viande bovine 14 fois plus).
  • Les traitements administrés aux vaches se retrouvent dans leur lait : antibiotiques, vaccins, hormones.
  • La nourriture viciée à base de farines animales (souvenons-nous de l’épidémie de la vache folle).
  • Les hormones contenues dans le lait de vache (œstrogène, progestérone) sont incompatibles avec le système biologique humain.
  • Le lait de vache contient beaucoup d’IGF-1, facteur de croissance qui va booster la multiplication de vos cellules. Vous allez grandir, sauf que… L’IGF-1 développe aussi toutes les cellules de votre organisme, même les pré-cancéreuses et les cancéreuses.
  • Les protéines du lait de vache sont composées à plus de 80% de caséine. C’est l’une des rares protéines au monde qui favorise, chez l’homme, l’apparition de cancers (prostate, sein, utérus, etc.), et explique l’épidémie de diabète de type 1.
  • Le lait de vache contient de l’insuline bovine très similaire à celle de l’homme. Mais suffisamment identique pour que notre système immunitaire ne la reconnaisse pas et l’attaque avec des anticorps aboutissant à l’arrêt de production d’insuline. Vous devenez diabétique de type 1.
  • Les produits laitiers font dramatiquement chuter les concentrations de vitamine D, celle-là même qui participe à la fixation du calcium ! Le seul recours à l’ensoleillement n’étant pas suffisant.

Les poisons blancs sont bien réels et sont présents dans notre alimentation, faites y donc un peu plus attention !

les 4 poisons blancs
Illustration des 4 poisons blancs

Bon à savoir :

Les principes de consommation des aliments non raffinés s’appliquent aussi aux céréales et aux huiles : si vous voulez ne pas ruiner votre santé, préférez des aliments non raffinés.

En résumé, votre santé est votre capital vie, préservez votre santé c’est préservé votre vie !

En aucun cas les conseils prodigués ne peuvent remplacer une consultation chez votre médecin traitant, pour être certain de traiter les bon symptômes. Le diagnostique médical est une science que nous ne maîtrisons pas ! poisons blancs – poisons blancs – poisons blancs – poisons blancs – poisons blancs – poisons blancs – poisons blancs – poisons blancs – poisons blancs – poisons blancs

Posté par La rédaction

La rédaction de votre presse numérique "Actumag.info"

Laisser un commentaire