in ,

Un détenu sort de prison par la porte principale !

Justice : ACTUMAG vous donne la parole !

Normalement, il paraît évident et logique pour tout un chacun qu’un détenu incarcéré n’ait tout simplement pas la possibilité de sortir de prison. Mais il n’est apparemment plus de mise d’avoir des avis aussi tranchés sur cette question. Explications.

Ce week-end, un détenu a tranquillement quitté la prison de Perpignan en passant… par la porte principale ! Pourquoi utiliser des moyens compliqués comme un hélicoptère, un tunnel creusé dans les sous-sols du centre pénitencier, lorsqu’on peut procéder avec une facilité déconcertante ?

Notre prisonnier a utilisé la méthode la plus fiable à ses yeux : emprunter la carte d’identité pénitentiaire de son compagnon de cellule qui, lui, devait être réellement libéré le samedi 18 février. Cela lui a ainsi permis de quitter l’univers carcéral de manière pacifique, au su et au vu de tout le personnel de la prison et, n’ayons pas peur des mots, d’une manière presque élégante et sans violence ! Et le stratagème a fonctionné.

Or, au vu de ce fait divers dans le milieu pénitentiaire, on est quand même en droit de s’interroger sur la fiabilité des contrôles dont les détenus font l’objet. En effet, le gardien a conduit au greffe le prisonnier souhaitant se faire la belle, les formalités ont été effectuées dans les règles et la levée d’écrou a eu lieu tout aussi aisément.

La radio France Bleu Roussillon, en relayant l’information, a fait remarquer que la ressemblance entre les deux détenus devait tout de même être particulièrement frappante pour que le gardien et le greffe se laissent abuser de la sorte.

Le compagnon de cellule de notre détenu pour le moins indélicat s’est quant à lui présenté aux gardiens : il leur a fait part de son étonnement de ne pas avoir été appelé pour accomplir les procédures de sortie dont il devait vraiment faire l’objet. Les agents pénitentiaires ont tout de suite compris ce qui s’était passé, mais malheureusement trop tard pour empêcher le fuyard de sortir et, surtout, pour le rattraper car, ce mercredi, il est toujours en fuite.

Des questions se posent sur la sécurité, les contrôles dans les prisons et les moyens mis à disposition du personnel pénitentiaire. Dans un cas comme celui-ci, le contrôle des empreintes digitales du détenu n’aurait-il pas par exemple évité cette évasion ?

N’hésitez pas à nous faire part de votre avis !

 

Joscelyne Houssé

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Céline Rubey condamnée à 19 ans de prison pour un triple infanticide

Surpopulation carcérale, un véritable fléau