in ,

Dépister le VIH à l’œil nu ou le contrer avec une crème ?

VIH Des chercheurs britanniques ont mis au point un test à base de nanoparticules d’or permettant de dépister à l’œil nu les premiers stades d’une infection comme le VIH. Tandis que des chercheurs américains et mexicains font des recherches sur une crème contre le VIH, à base de nanoparticules d’argent.

Selon l’agence QMI, actuellement, Il n’existe aucun traitement pour guérir l’infection au VIH. Une personne séropositive est séropositive à vie. Les différents traitements ont pour rôle de bloquer l’évolution du virus dans l’organisme et de maintenir l’équilibre entre la présence du virus dans le corps et le système de défense de l’organisme.

Les recherches actuelles se font soit pour bloquer le virus avant la pénétration dans les tissus humains et le corps, ou les repérer rapidement, pour éviter une propagation trop rapide.

Des chercheurs américains (Texas) et mexicains ont affirmé avoir développé une crème vaginale qui protège contre le VIH pendant 72 heures. Cette crème renferme des nanoparticules d’argent qui empêchent le virus de pénétrer dans les cellules.

Humberto Lara Villegas, un spécialiste en nanoparticules et virologie de l’Université de Monterrey au Mexique, a œuvré en collaboration avec des chercheurs de l’Université du Texas. Il a souligné que cette crème permet de combattre le VIH de façon tout à fait différente que les traitements habituels. «Les médicaments traditionnels empêchent le virus de se reproduire dans les cellules, alors que les nanoparticules contenues dans cette crème s’attaquent directement au VIH et les empêchent de pénétrer dans les cellules», a-t-il indiqué.
Les chercheurs ont mis la crème à l’essai sur des tissus humains, et l’expérience a démontré qu’elle prévient la transmission du virus par les muqueuses vaginales. Des essais sont en cours sur des souris, mais les scientifiques espèrent pouvoir mener des tests cliniques sur les humains prochainement.

Quant aux britanniques, leur recherche s’est faite sur le dépistage un test à base de nanoparticules d’or qui permet de dépister à l’œil nu les premiers stades d’une maladie ou d’une infection, comme le cancer de la prostate ou le VIH.

Ce détecteur, constitué d’infimes particules d’or déposées sur une base en plastique. Elles permettent d’analyser le sérum contenu dans le sang du patient. Si ce sérum contient les marqueurs biologiques distinctifs d’une maladie, comme le p24 associé à une infection par le virus du sida. Les nanoparticules d’or deviennent bleues caractéristique. En l’absence de ces marqueurs, les particules se séparent pour former des sortes de petites boules qui donnent une coloration rougeâtre.
Ce prototype est dix fois plus sensible que les procédés actuels et dix fois moins cher à fabriquer, mais ne fournit pas d’information sur la concentration des marqueurs biologiques ciblés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Procès : 19 Belges accusés de terrorisme

Boite de Happy Meal

L’héroïne de l’Happy Meal