in

Le courant takfiri, fomenteur de dissensions entre les Musulmans (Guide suprême)

IRIB- Dans cette émission, nous allons vous présenter le rôle du terrorisme takfiri, dans l’assistance au régime sioniste, selon la vision du  Guide suprême de la Révolution islamique.

Ces dernières années, en prétendant défendre l’Islam authentique, les groupes terroristes animés de pensées fanatiques salafistes et takfiries ont attisé  le feu de la sédition et commis des crimes, en Syrie, et, récemment, en Irak. De tels mouvements, qui frappent les autres Musulmans d’excommunication et se croient justes, (sur le vrai chemin), se sont transformés en un instrument entre les mains des ennemis de l’Islam, pour semer la discorde. Le Moyen-Orient est le centre géographique de l’Islam où  les terroristes takfiris commettent  leurs crimes et massacrent les Musulmans. L’idéologie, prétendument, islamique des terroristes takfiris, et les massacres horribles qu’ils commettent, au nom de cette idéologie, témoignent de leur contradiction manifeste avec l’Islam. Et ce, alors que le soutien quasi ouvert que  leur apportent  l’hégémonisme et le Sionisme mondiaux, met en exergue leur véritable nature et leur essence.

Le retour au Coran et à la Charia sont considérés, par les Takfiris comme les premiers principes, mais ils s’en servent, pour parvenir à leurs objectifs politiques. En effet, ils ne peuvent trouver, dans le Noble Coran, aucune justification, pour leurs actes. Or, les interprétations déviationnistes des préceptes islamiques sont devenues une idéologie de répression, pour l’application de laquelle ses adeptes se sont attelés à semer la terreur et au terrorisme, d’autant plus qu’on en observe, chez les groupes Takfiris, comme Al-Qaïda, les Talibans, Boko Haram et  Daesh, des exemples objectifs, alors que l’Islam est la religion de la paix, de la mansuétude et de l’affection, même si la violence est autorisée, exceptionnellement, et dans  certaines circosntances particulières.

L’interprétation déviationniste des Takfiris trouve, du point vue historique, ses racines, dans la pensée d’Ibn Tamima, qui, s’appuyant sur les apparences du noble Coran et de la Tradition, s’opposait à toute tendance logique, philosophique et  théologique. Dans le siècle contemporain, ces idées et pensées sont à l’origine de l’émergence d’agissements terroristes horribles, dans le but d’instaurer, prétendument, un Etat islamique.

D’autre part, dans le but d’assujettir les Musulmans, les Occidentaux ont propagé cette  pensée, selon laquelle l’Islam n’est pas compatible avec le monde moderne, face auquel cette religion se livre à des assassinats. Selon cette interprétation, l’Islam est une religion illogique et irrationnelle, une interprétation qui a débouché sur la formation du projet d’islamophobie, et le fait de considérer  les Musulmans, à travers le monde, comme des terroristes.

Le fondateur de la RII, le défunt Imam Khomeyni, (que le paradis lui soit réservé), a mis en garde, il y a quelques années, contre le danger de  l’arriération, dans le monde de l’Islam. Par la désignation d’un «l’Islam américain», par opposition à celui de  «l’Islam authentique  de Mohammad, (que le salut de Dieu soit sur lui et sur ses descendants)», feu Imam Khomeyni a considéré l’arriération comme une partie de «l’Islam américain», qui a accepté de prêter  allégeance aux ennemis de la religion et de s’aligner sur les idolâtres, (Taqout), en recourant aux interprétation superficielles de l’Islam.

De même, fort d’une vigilance politique, le Guide suprême de la Révolution islamique, l’honorable Ayatollah Khamenei, considère le courant takfiri, comme une nouvelle méthode, pour contrer l’Islam, pour lutter contre cette religion divine.

Pour ce qui est de la déviation des groupes takfiris vis-à-vis de l’Islam, le Guide suprême de la Révolution islamique s’est exprimé en ces termes : «Si le concept «salafiste» signifie respecter les principes du Livre et de la Tradition, être fidèle  aux valeurs authentiques,  lutter contre les superstitions et la déviation, revivifier la Charia, ainsi que rejeter le penchant pour l’Occident, soyez, alors, tous salafistes, et si, par contre, il équivaut au fanatisme, à l’arriération et à la violence entre les religions islamiques, il ne sera pas compatible avec les piliers et principes de la pensée et civilisation islamiques, propageant le sécularisme et la laïcité. Il ne faut pas se fier à un tel Islam qui attise le feu des conflits ethniques et confessionnels, en abusant du verset «Mohammad est le Messager d’Allah. Et ceux qui sont avec lui sont durs envers les mécréants, miséricordieux entre eux», car c’est «l’Islam américain», qui a poussé les Musulmans vers la perversion et les a fait tomber dans le piège du capitalisme. Ce qui est certain, c’est que les Takfiris se dirigent vers une direction, diamétralement, opposée à l’Islam. Prêter allégeance aux ennemis de la religion et aux Arrogants est prohibé par l’Islam. Deux modèles, «l’Islam takfiri» et «l’Islam laïc» ont été proposés par l’Occident, pour empêcher  le renforcement de «l’Islam modéré et rationnel, qui respecte les principes», dans les révolutions de la région.

La Révolution islamique a  fait  de la négation du régime occupant Qods une croyance religieuse, d’autant plus que le Sionisme est considéré comme l’ennemi numéro un des Musulmans, tandis qu’une cohésion mentale a pris forme, au Moyen-Orient, face à Israël, pour libérer la Palestine des mains des occupants. L’unanimité des Musulmans, face à l’occupation de la Palestine, a maintenu Israël dans une anxiété et crainte intense, dues à la fin de sa domination, sur les territoires occupés palestiniens, constituant le plus grand obstacle devant l’identité du régime occupant Qods ; d’autant plus que les négociations de compromis et de paix, pour reconnaître l’existence d’Israël, n’ont pas, encore, porté leurs fruits, et que les actes barbares et inhumains du régime sioniste, face aux citoyens palestiniens, est, pour ce régime, la seule solution, pour sa survie. Cependant, ce régime craint, toujours, d’être reconnu, par la communauté mondiale, coupable de terrorisme d’Etat, d’autant plus que nous sommes, aujourd’hui, témoins de l’éveil de l’opinion publique, dans le monde, pour faire face au génocide et aux crimes de guerre, à Gaza.

Dans de telles conditions, ce qui importe le plus, pour le régime sioniste, c’est la crise, au Moyen-Orient et dans le monde de l’Islam, pour retirer, ainsi, la question de la Palestine des priorités principales des Musulmans et préparer pour soi un espace de respiration. A ce propos, peut être, une seule question pourrait marginaliser la question de l’occupation de la Palestine, celle de la discorde et des divergences entre les Musulmans.

Dans l’optique du Guide suprême de la Révolution islamique, la propagation de l’extrémisme déviationniste, au nom de l’Islam, et la création de courants takfiris, dans le monde de l’Islam, sont une bonne nouvelle, pour les ennemis de l’Islam et l’Arrogance, car, «au lieu d’attirer l’attention des Musulmans sur la réalité néfaste du régime sioniste, elle la détourne vers d’autres sujets».

«La faiblesse du régime sioniste, face à 1/5 milliard de Musulmans, l’a amené  à recourir à l’arme de la sédition. Le régime sioniste ne compte pour rien, face un milliard et demi de Musulmans. Les divergences, au sein du monde de l’Islam, cette faiblesse, qui existe, au sein du monde de l’Islam, ont aidé un ennemi faible à trouver son chemin, et à recruter des compagnons, parmi les Musulmans.

En planifiant de tels complots, les ennemis de l’Islam transforment  les différences confessionnelles des Musulmans en hostilités, car, aux dires de l’honorable Ayatollah Khamenei, «ils ont bien compris que si, dans le monde de l’Islam, les religions sont préoccupées les unes par les autres, le régime sioniste pourra se reposer tranquille».

Tenant compte du rôle des ennemis de l’Islam, dans les divergences confessionnelles, le Guide suprême de la Révolution islamique l’a considéré comme la vieille politique du colonialisme, notamment, les Britanniques, dans  les derniers siècles : «Dans le monde d’aujourd’hui, pour parvenir à leurs objectifs et occulter leurs difficultés, les appareils de l’Arrogance sèment la discorde entre les Musulmans. Ils créent l’islamophobie, pour  protéger le régime sioniste et résoudre, d’une certaine manière, les contradictions qui ont fait échouer  les politiques hégémoniques, dans cette région. Ils voient, donc, dans la discorde entre les Musulmans, la solution. Bien, il faut le voir  et le comprendre».

Battre les tambours de la guerre confessionnelle est une tentative visant à semer la discorde entre les Musulmans, une tentative, qui aide le régime sioniste à atténuer la pression de la cohésion mentale des Musulmans, à son encontre.

Le régime sioniste cherche à profiter de la donne actuelle, pour sa survie, dans la région. Actuellement, sur fond de terrorisme takfiri, il peut exercer davantage de pression sur les Palestiniens et coopérer, ouvertement, avec les Etats arabes stipendiés. C’est là que l’on peut dire que le terrorisme d’Etat est venu en aide au terrorisme tout court. Le terrorisme takfiri aide le terrorisme d’Etat du régime sioniste, face à la Résistance islamique de la Palestine.

Source : french.irib.ir 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une organisation juive formée pour enlever les enfants palestiniens

Le plan d'attaque britannique de 100.000 militaires contre la Syrie