in ,

Le mari battait sa femme et abusait de ses enfants : la prison pour son épouse qui l’a tué

 

Encore une affaire qui va défrayer la chronique judiciaire quant au jugement qui vient d’être rendu. Verdict et condamnations trop sévères ? Rappel des faits.

 En 2012, une femme de 65 ans, Jacqueline Sauvage, a tué son mari après avoir vécu auprès de lui un véritable enfer. Son conjoint la battait, consommait énormément d’alcool. De plus, il s’était rendu coupable d’abus sexuels à l’encontre de ses filles. Ne supportant plus cette situation et n’arrivant plus à trouver de solutions, cette femme a tué son mari en tirant trois coups de fusil dans le dos de ce dernier le 10 septembre 2012.

 La cour d’assise du Loiret vient de la condamner à 10 ans de réclusion. Lors de son réquisitoire, l’avocate générale avait requis une peine d’emprisonnement de 12 à 14 ans, sans toutefois retenir la préméditation.

 Lors de cette audience qui jugeait leur mère, ses filles ont mené une violente attaque l’encontre de leur père : « Notre père est décédé et pour moi, c’est un soulagement », a déclaré l’une d’elles, violée à l’âge de 16 ans et victime de graves violences. Sa sœur aînée a renchéri elle aussi : « Il était sans pitié, c’était plus fort que lui ». Quant à sa troisième fille, elle a complété cette charge contre son père en déclarant : « Il m’a détruite intérieurement, je n’arrive pas à tourner la page. »

 Cette affaire a été un véritable traumatisme pour cette famille, puisque le frère des trois jeunes filles s’est suicidé, ne supportant plus les brutalités dont il était victime de la part de son père.

 À la présidente de la Cour qui s’interrogeait pour savoir pourquoi la mère et ses enfants avaient enduré ce calvaire pendant dix ans, l’une des filles a répondu : « On avait peur de lui, il nous terrifiait. »

 A l’énoncé du verdict, Jacqueline Sauvage a « déclaré ne pas comprendre pourquoi elle serait condamnée alors que son mari tyrannisait la famille depuis plus de 20 ans. » Les six jurés de la Cour d’Assises du Loiret n’ont pas, pour leur part, été sensibilisés par le geste de cette femme qui vivait avec son mari depuis 47 ans. L’avocat de Jacqueline Sauvage a fait appel de la décision. Un nouveau jury, composé cette fois de neuf jurés, devra rejuger cette affaire dans quelques mois.

Joscelyne Houssé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AeroMobil 3.0 : la première voiture volante

Grand Prix des états Unis : résumé de la journée : Lewis Hamilton sans la moindre faille