in ,

1 recruteur sur 2 change d’avis sur un candidat après avoir regardé les réseaux sociaux

Peut-on tout publier sur les réseaux sociaux ? Vaste sujet qui demanderait certainement des heures de débat.

 Tout sujet peut faire l’objet d’une publication, même en matière de recrutement. Aux États-Unis, après une étude menée auprès des employeurs, il ressort que plus de la moitié d’entre eux ont changé d’avis sur un candidat qui leur paraissait pourtant correspondre aux critères du poste qu’ils avaient à pourvoir. Pourquoi ? Tout simplement après avoir été consulté le profil que ledit candidat avait déposé sur les réseaux sociaux.

 C’est Jobvite, réseau social de recrutement aux USA, qui a révélé l’impact important que pouvaient avoir ces réseaux sur la décision finale des recruteurs. Il convient donc de faire preuve d’une extrême prudence quant aux informations que l’on met en ligne. Il ne faut jamais oublier qu’elles sont visibles par tout un chacun et que leur contenu doit être mûrement réfléchi avant d’être divulgué.

 Aux États-Unis, un chiffre important doit faire réfléchir les candidats à la recherche d’un emploi : 93 % des employeurs consultent régulièrement les réseaux sociaux pour juger de la valeur des candidats potentiels. Et 55 % d’entre eux ne donnent pas suite à leur premier choix, après une recherche plus approfondie sur les profils déposés par le demandeur d’emploi qu’ils s’apprêtaient à embaucher.

 Si le réseau au sens large peut être une source de mobilité professionnelle et d’évolution de carrière par les contacts qu’il génère pour bénéficier d’opportunités professionnelles, il ne faut toutefois pas le considérer comme la seule solution pour décrocher un emploi et, encore une fois, il faut apporter un soin tout particulier aux informations que l’on communique.

Joscelyne Houssé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *