in ,

De 5 à 14 ans de prison pour l’agression d’un CRS

La Cour d’assises de Seine et Marne vient de rendre un jugement en fin de semaine dernière sur une affaire qui remonte à 2011.

 Rappel des faits.

 Le 2 mars 2011, trois hommes – Mohamed Diakité, Thomy N’Gangu, Younès Belhacen – avaient pris pour cible des CRS de Jarville (Meurthe et Moselle), alors que ces derniers menaient une mission pour sécuriser les abords de la gare RER de Noisiel (Seine-et-Marne) pendant un jour de marché. Les trois malfrats s’étaient installés sur le toit-terrasse d’un immeuble et avaient entrepris de jeter des pavés et une bouteille de rhum sur les forces de l’ordre.

 Or, ces projectiles ont grièvement blessé un CRS, Romain Lacouren, qui les a reçus en pleine tête. Il souffre depuis de surdité et est atteint d’une paralysie partielle.

 En fonction de la gravité des faits, la cour d’assisses de Seine-et-Marne a donc requis de lourdes peines. Le principal instigateur de cette attaque, Mohamed Diakité, a été condamné à 14 ans de prison, et ses deux complices, Thomy N’Gangu et Younès Belhacen, à des peines respectivement de sept et cinq ans d’emprisonnement. L’avocat général, Karim Badène, avait réclamé des sanctions beaucoup plus sévères, à savoir 18 ans de réclusion pour Mohamed Diakité et 10 ans pour les deux autres.

 Le chef d’accusation retenu contre les trois hommes était le suivant : « Violences en bande organisée avec usage d’une arme sur personne dépositaire de l’autorité publique. »

 De plus, dans ce jugement, l’infirmité de la victime a bien sûr été une circonstance aggravante lors du verdict, mais également le fait que les trois hommes détenaient des armes et qu’ils aient fait preuve de violences à l’égard de personnes dépositaires de l’autorité publique. Ce sont les explications données par Maître Caty Richard, l’avocate des parties civiles.

Joscelyne Houssé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti Exhibit B ou le triomphe de la stupidité

Poutine et Erdoğan unis dans la rhétorique anti-américaine