dessin-de-charb

C’est avec stupeur et consternation, que les français ont appris la nouvelle, un attentat terroriste a été proféré au siège social du journal satirique Charlie Hebdo.

Douze personnes au moins, dont deux policiers, ont été tuées et huit autres blessées mercredi à Paris dans une fusillade au siège de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, un attentat que François Hollande a qualifié de terroriste. C’est l’attentat le plus meurtrier depuis 1986 en France

Trois hommes lourdement armés, habillés de noir, le visage camouflé par une cagoule, ont fait irruption vers 11h00 (10h00 GMT) au siège du journal, dans le XIe arrondissement.
Selon le secrétaire départemental du syndicat Unité SGP Police, Rocco Contento, dix membres de la rédaction de Charlie Hebdo ont été tués. De sources proches de l’hebdomadaire, on dit que les dessinateurs Cabu et Wolinski, deux figures historiques du journal, ainsi que Charb, directeur de la publication, et Tignous, font partie des victimes.

charb

Charb : « Je préfère mourir debout que vivre à genoux » Dans une interview accordée au Monde il y a deux ans, Stéphane Charbonnier, alias Charb, dessinateur, également directeur de la publication de Charlie Hebdo, ne comptait pas baisser ses armes, son arme, son stylo. On n’a « pas l’impression d’égorger quelqu’un avec un feutre », répétait-il.

Cabu, un coup de crayon qui lui permettait de caricaturer avec une facilité déconcertante n’importe quelle personnalité du monde politique ou du show-business, un air d’éternel adolescent attardé, une allure légèrement voutée sous son imperméable, carton à dessins sous le bras, digne du Grand Duduche, le héros naïf et utopiste qui l’a fait connaître dans les années 1960.
Quand on lui demandait comment il appréhendait la mort, Georges Wolinski répondait par cette boutade : « Je veux être incinéré. J’ai dit à ma femme : tu jetteras les cendres dans les toilettes, comme cela je verrai tes fesses tous les jours. » Erotomane revendiqué, provocateur né, pessimiste patenté et cynique assumé, homme aux multiples facettes et aux contradictions innombrables.

Massacre à la kalachnikov, Ils ont été exécutés en pleine conférence de rédaction.

Vers 11h20, deux hommes vêtus de noir, encagoulés et armés chacun d’une kalachnikov se présentent au archives de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, leur cible. Ils hurlent «C’est ici Charlie Hebdo?». Puis se dirigent alors au numéro 10 de la rue, où se trouve le siège du journal. Une fois dans l’immeuble, ils font feu sur le chargé de l’accueil et se rendent au deuxième étage, où se trouve la rédaction de Charlie Hebdo.

Charb, directeur de la rédaction, était protégé depuis la publication de caricatures de Mahomet en 2011. La rédaction de Charlie Hebdo a été décimée. Quatre de ses caricaturistes vedettes, Charb, Cabu, Tignous et Wolinski, très connus en France, sont morts, ainsi que l’économiste Bernard Maris, également chroniqueur sur la radio France Inter. Une seule personne, qui a réussi à se cacher sous une table, en réchappe. Elle entend les deux hommes crier «nous avons vengé le prophète» et «Allah Akbar», selon cette source.

16:07 – Collègue – Pour Willem, dessinateur de Charlie-Hebdo et Libération, “c’est un journal qui a été décapité, comme en Syrie, en Irak? C’est unique au monde qu’un journal soit tué comme ça.”

16:36 – Assemblée – A l’Assemblée nationale, Claude Bartolone et les présidents de tous les groupes politiques lancent un appel à “l’union nationale”.

16:38 – Sans voix – “Horrifié. Sans voix. Toutes mes pensées pour les victimes et leurs proches. “, tweete le ministre de l’Economie Emmanuel Macron.

16:51 – “Monstruosité humaine” – Pour l’ancien ministre Jack Lang, président de l’Institut du monde arabe (IMA), il faut “se dresser d’un seul bloc” pour préserver la liberté. “Derrière cette monstruosité humaine, il y a cette volonté d’étouffer, d’écraser la liberté de penser, la liberté d’expression, la liberté d’être tout simplement. Il va falloir se battre”, ajoute-t-il.

16:52 – Deuil – Les drapeaux ont été mis en berne sur l’Elysée, l’Assemblée nationale et le Sénat.

plan

«On a vengé le prophète Mahomet! On a tué Charlie Hebdo!»

Le plan Vigipirate a été relevé au stade ultime, le niveau “écarlate”, pour prévenir des “attentats majeurs”, ont annoncé les services du Premier ministre, Manuel Valls

Written by Christophe Joseph

Photo du profil de Christophe Joseph

Reporter d’image et ancien reporter de presse écrite en PQR, JOSEPH a obtenu un diplôme supérieur des Beaux-arts en 1995 et un DU de Presse Magazine en 2013. Ayant travaillé dans le paramédical, aujourd'hui, il se passionne pour la santé, la culture artistique, la mer.

4 commentaires

Leave a Reply
  1. Le plus fort c’est que le gars crie ALLAH ou AKBAR il voulait vraiment qu’on sache que c’est un sois disant Musulman ça tourne pas ronds j’attends avec impatiente la suite de l’histoire

  2. Vous allez voire dans quelques jours les incohérence et la vérité va nous sauter au yeux c’est une attaque prémédité Cia , Mi16 Mossade et service secret français. Hollande tu es vraiment tombé bas la France n’est plus que le joujou des services secret atlantisme qui va payés les pots cassés les musulmans bien sure.

  3. La question à poser à qui profite le crime comme par hasard des Musulman qui crient ” Allah akbar”
    Faut pas nous prendre pour des imbécile ! Mossade service secret français et compagnie sont de mèche dans cet attentat on la déjà fait avec l affaire Merah sa va pas recommencer on est plus les moutons que vous croyez ! La suite c est nouvelles lois une nouvelles guerre contre les musulmans

Laisser un commentaire

Discours de François Hollande : une journée de deuil national est décrétée

Charb en 2013 : “On doit pouvoir parler de l’Islam en France”