,

Les grandes batailles navales de la 2e guerre mondiale

Les grandes batailles navales décisifs de la seconde guerre mondiale.

Ce documentaire retrace certains évènements décisifs qui ont marqué six années de guerre maritime. La royal Navy et l’US Navy face aux flottes allemandes et japonaises.

De 1939 à 1945, la guerre sur mer fut aussi impitoyable et dramatique que celle sur terre ou dans les airs.

La Seconde Guerre mondiale, ou Deuxième Guerre mondiale, est un conflit armé à l’échelle planétaire qui dura du au . Ce conflit planétaire opposa schématiquement deux camps : les Alliés et l’Axe.

Provoquée par le règlement insatisfaisant de la Première Guerre mondiale et par les ambitions expansionnistes et hégémoniques des trois principales nations de l’Axe (Allemagne nazie, Italie fasciste et Empire du Japon), elle consista en la convergence, à partir du , d’un ensemble de conflits régionaux respectivement amorcés le en Espagne (la guerre d’Espagne), le en Chine (la guerre sino-japonaise), et le enPologne (campagne de Pologne), puis par l’entrée en guerre officielle de l’ensemble des grandes puissances de l’époque : France, Royaume-Uni et leurs empires dès le , l’URSSqui intègre le camp allié à partir de l’invasion allemande de juin 1941, et les États-Unis le dans un conflit impliquant la majorité des nations du monde sur la quasi-totalité des continents. La Seconde Guerre mondiale prit fin sur le théâtre d’opérations européen le par la capitulation sans condition du IIIe Reich, puis s’acheva définitivement sur le théâtre d’opérations Asie-Pacifique le par la capitulation sans condition de l’Empire du Japon, dernière nation de l’Axe à connaître la défaite.

La Seconde Guerre mondiale constitue le conflit armé le plus vaste que l’humanité ait connu, mobilisant plus de 100 millions de combattants de 61 nations, déployant les hostilités sur quelque 22 millions de km², et tuant environ 62 millions de personnes, dont une majorité de civils. N’opposant pas seulement des nations, la Seconde Guerre mondiale fut aussi la plus grande guerre idéologique de l’Histoire, ce qui explique que les forces de collaboration en Europe et en Asie occupées aient pu être solidaires de pays envahisseurs ou ennemis, ou qu’une résistance ait pu exister jusqu’en plein cœur de l’Allemagne nazie en guerre. Guerre totale, elle gomma presque totalement la séparation entre espaces civil et militaire et vit, dans les deux camps, la mobilisation poussée non seulement des ressources matérielles – économiques, humaines et scientifiques – mais aussi morales et politiques, dans un engagement des sociétés tout entières.

La somme des dégâts matériels n’a jamais pu être chiffrée de façon sûre, mais il est certain qu’elle dépasse les destructions cumulées de l’ensemble des conflits connus par le genre humain depuis son apparition. Le traumatisme moral ne fut pas moins considérable, la violence ayant pris des proportions inédites. Elle connut de multiples crimes de guerre, qui ne furent l’apanage d’aucun camp, crimes s’insérant dans une violence militaire et policière d’une intensité et d’une profondeur inégalées. Elle vit également l’émergence à une échelle inconnue jusqu’alors de crimes de masse particulièrement atroces et pour certains sans précédents, tout particulièrement à l’instigation de l’Allemagne nazie et du Japon impérial. Parmi ces crimes figurent la déportation en camps de concentration, camps de travail et camps d’extermination, comportant des chambres à gaz à des fins d’extermination de populations entières (Juifs, Slaves, Tziganes), ou de catégories particulières d’individus (homosexuels, handicapés, etc.) commandées par le régime nazi : l’ampleur des crimes suscita la définition des crimes contre l’humanité et crime de guerre, ainsi que les premiers procès pour génocide. Le régime Shōwa ne fut nullement en reste en Asie avec, à son actif, 10 millions de civils chinois enrôlés de force par la Kōa-in au Mandchoukouo, environ 200 000 « femmes de réconfort » enrôlées en Corée et dans tout l’Extrême-Orient, ainsi que l’annihilation systématique de populations civiles, principalement en Chine et notamment lors du massacre de Nankin. Il faut ajouter les meurtres systématiques de résistants et d’opposants politiques, ainsi que les représailles contre les civils, par les nazis ; les expérimentations sur des êtres humains auxquelles se livrèrent des médecins nazis, tels le SS Josef Mengele et l’unité japonaise 731 ; les bombardements aériensmassifs de civils d’abord par l’Axe en Europe (Coventry en Angleterre, Rotterdam aux Pays-Bas) et en Asie (Shanghai, Guangzhou, Chongqing, cette dernière étant la ville la plus bombardée du conflit sino-japonais), puis par les Alliés : Dresde et Hambourg en Allemagne, Tokyo avec du napalm au Japon. Pour la première fois, la bombe atomique fut utilisée contre un pays : deux bombes Alarguées sur des cibles civiles par les États-Unis ont explosé à trois jours d’intervalle, à Hiroshima et à Nagasaki, au Japon.

La Seconde Guerre mondiale propulse les États-Unis et l’URSS, principaux vainqueurs, au rang desuperpuissances concurrentes appelées à dominer le monde en même temps que de connaître unevive rivalité idéologique et politique, pour près de 45 ans par la suite. Elle scelle le déclin des puissances impériales d’Europe et ouvre le processus de décolonisation qui s’accélère après-guerre en Asie, dans le monde arabe et en Afrique, jusqu’aux années 1960. L’ampleur des destructions et des morts suscite la création d’instances internationales, politiques et économiques, visant à éviter la réapparition des conditions ayant mené à la guerre (Organisation des Nations unies et Fonds monétaire international pour les plus connues). Enfin, ce dernier conflit d’ampleur sur le continent européen marque par sa fin le début en Europe de l’Ouest d’une période de prospérité sans précédent, dans la foulée de la reconstruction, et l’émergence progressive d’un projet d’unification politique pacifique.

Posté par La rédaction

La rédaction de votre presse numérique "Actumag.info"

22 commentaires

Leave a Reply
  1. magnifique document. Il & regrettable avec toutes les atrocités commises
    contre les E.U que ceux – ci n’ont pas >foutu une raclée plus marquante < sur le Japon; ne pas avoir exécuté l'empereur Japonais. Et même exterminé l'armée entière. En Allemagne il y a eu le célèbre Nürenberg, Je ne comprends pas pourquoi il ni y a pas eu un similaire contre les bouffeurs de Riz. Lors de la signature sur le Porte-Avions, on aurait du leur confisquer leur célèbres sabres; ils n'en n'étaient nullement dignes de les garder. 0n ne va pas refaire l'histoire. . .Mais surtout, n'oublions RIEN.

  2. avant tout, j’aime ce magnifique navire, le Bismarck. je regrette qu’il aie
    été engagé contre l’humanité, donc par la suite coulé. 1Fois de plus, perte
    d’humains. Que d’hommes perdus pour ? Je suis convaincu que bien des gens
    auraient souhaités rester en vie et ne pas tuer son prochain. Lors
    d’1film(General PATTON) j’ai entendu il a dit:qd vous verrez votre ami les
    triples à l’air vous saurez dès lors ce qu’il vous reste à faire ! A ce
    moment précis, il &clair que nous ne pouvons plus rester inactif &
    indifférent ! Quelle tristesse tout de même ces périodes de l’histoire.
    Hier & Aujourd’hui, bien entendu demain il y en aura malheureusement AUSSI.
    Merci pour ce document riche de renseignements précis de ces moments, en
    fin du compte pas si lointain que ça !

  3. Propagande anglo-saxonne anglophone et anglaise (car ceci n’est juste la
    traduction française d’un documentaire anglais) quand tu nous tiens…
    Entre autre je cite : “l’arrêt inattendu des allemands devant la ville (de
    Dunkerque en en juin 1940) …
    inattendu ? INATTENDU ?!!
    Mon cul oui ! :-/
    Arrêt provoqué par l’abnégation jusqu’au sacrifice final d’une seule
    division française (elle se retrouva seule vu que les anglo-britanniques
    refusèrent de tenir le front et leur engagement, de contre-attaquer et de
    se battre tout simplement, pour fuir et se réfugier sur leur île comme
    toujours) qui tint le front autour de Dunkerque le temps qu’il fallait pour
    évacuer la totalité des troupes britanniques et plusieurs milliers de
    soldats français et alliés (et tant mieux pour la suite de la guerre bien
    sûr, là n’est pas l’objet de ma colère vous l’aurez compris) contre 7
    divisions allemande dont 2 blindés !!!

  4. Yves – Rene Guilland
    Il n’y a pas eu de procès parce que contrairement aux Allemands, les
    japonais n’avaient pas de camps de la mort, c’est pour cela que les
    généraux Allemands ont été jugés et non pour la guerre en tant que telle.

    Les Japonnais ont amplement payé ce qu’ils ont fait aux américains.
    Hiroshima et Nagasaki, ces noms vous rappellent quelque chose ?

  5. @Michel Le Ferran. – Respectons le travail des autres et rendons à César –
    en l’occurrence aux polonais – ce qui leur appartient. En effet, ce sont
    Marian Rejewski, Jerzy Rozycki et Henryk Zygalski qui ont les premiers
    avancé dans le décryptage des messages chiffrés avec Enigma.

  6. Grand n’importe quoi à la 47ème minute : “le chiffre allemand percé par la
    machine Enigma mise au point par les Alliés”. La machine Enigma était la
    machine à chiffrer des Allemands. Et la déchiffrage des codes allemands a
    été possible à la fois par la récupération d’une machine Enigma sur un
    U-boot allemand avant qu’il ne coule et le travail des équipes de
    cryptanalystes d’Alan Turing à Bletchley Park.

Laisser un commentaire