in ,

Un tournoi resserré serait la meilleure solution pour Raphael Ibanez

Alors que la plupart des clubs de Top 14 sont contre les doublons, Raphael Ibanez préconise un Tournoi des Six Nations davantage resserré.

Au cours de la dernière journée de Top 14, Montpellier, Castres et Grenoble se sont imposés à l’extérieur. L’entraîneur de Bordeaux-Bègles estime que ce sont des victoires méritées :

« Sur le papier les scores ne sont pas logiques, mais il me semble que sur le terrain, les équipes qui se sont déplacées n’ont pas volé leur victoire. Après, c’est davantage une question de fond et il ne faut pas s’arrêter aux résultats du week-end dernier pour dénoncer tout d’un coup le caractère « scandaleux » de notre calendrier. Quand on s’engage dans une complétion, on décide des règles du jeu au tout début. Au final, il est un peu tard je pense pour trouver des raisons d’être mécontent ou pour détailler les défaites enregistrées. »

Selon lui, le rugby doit gagner en lisibilité auprès du grand public :

« Je crois fermement que notre rugby demande de vrais ajustements. Pour la santé des joueurs, on l’a dit, mais aussi dans la cohérence et l’enchaînement des compétitions, la visibilité médiatique. Je suis un défenseur d’un Top 14 clairement établi et qui ne soit pas segmenté. Car pour moi, le Top 14 est segmenté par d’autres compétitions qui viennent au milieu. C’est difficile et ce n’est pas toujours clair pour les managers, les entraîneurs, les joueurs et le grand public. »

Auprès de « L’Équipe », il propose un Tournoi des Six Nations resserré au calendrier :

« Pourquoi pas un Tournoi des Six Nations sur une seule période ou resserré, où l’on pourrait mettre nos joueurs internationaux à disposition de l’équipe nationale pour qu’elle soit vraiment l’image de notre rugby ? […] . On pourrait également faire la même chose pour la Champions Cup, sur une période donnée et resserrée, ce qui amènerait aussi à une plus grande échelle. Ce que j’ai en tête, c’est une réflexion globale sur le rugby international avec des ajustements de calendriers entre les hémisphères Nord et Sud, ce qui impliquerait forcément des rencontres internationales peut-être de très haut niveau en période estivale. Cela amènerait sans doute à un rugby plus spectaculaire et attractif avec une volonté au niveau du jeu. C’est dans ce type de réflexion que notre rugby doit s’engager. Ce sont des idées qui doivent être développées… »

Anthony Meaux

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’alignement inhabituel des drapeaux déstabilise le ministre ukrainien

Marc Marquez se sent en difficulté à Losail