in ,

Esteban Ocon : « Cette demi-saison m’a beaucoup apporté »

Futur pilote Force India, Esteban Ocon est revenu sur ses débuts en Formule 1 chez Manor.

En moins d’un an, il est passé du DTM à un poste de pilote chez Force India. Auprès de F1i, il revient sur ce passage éclair :

« J’ai eu un parcours absolument dingue quand j’y repense. Tout cela ne s’est pas produit rapidement. Toutefois en début de saison, j’étais dans un bon état d’esprit en abordant la saison DTM tout en étant réserviste chez Renault. Ensuite, j’avais pour objectif de faire de mon mieux lors des essais avec eux. Finalement, ils ont été enchantés de mon implication et de mes prestations en piste, donc j’ai pensé que j’avais une chance de courir avec eux par la suite. »

Alors que Rio Haryanto n’était plus en mesure d’honorer son contrat avec Manor, c’est le Normand qui a pris la relève. Toutefois, il estime que c’était risqué et en donne les raisons :

« Manor est arrivé et cela représentait une offre imprévue. Dans cette proposition, j’avais la possibilité de courir aux Grands Prix, donc naturellement j’étais intéressé. Pour moi c’était un véritable défi de démarrer au milieu du championnat car cela aurait pu être fatal. Malgré cela, l’opportunité était immense. Au sein de cette écurie, j’ai engrangé énormément de connaissances, entre de bonnes courses et des moins bonnes. Par conséquent, j’estime avoir saisi ma chance. »

Finalement, il tire un excellent bilan de sa demi-saison chez Manor :

« Cette ½ saison m’a beaucoup apporté. Cela a été un apprentissage rude car je n’avais pas de période d’adaptation : il fallait que je sois bon tout de suite. En peu de temps, j’ai dû apprendre beaucoup de choses. Tout cela n’a pas été évident, toutefois j’ai acquis de l’expérience, ensuite la vitesse est venue. Il me reste encore beaucoup de choses à apprendre. »

La chose la plus difficile à mener en découvrant la Formule 1 en qualité de rookie :

« Tout abord, c’est l’intensité de la compétition qui a été la plus difficile et les réglages. Quand j’étais dans les formules de promotion, je me disais : « Bon, oublie la monoplace, concentre-toi sur ton pilotage, tu dois pouvoir mieux faire. » Toutefois, au cours de mon passage chez Manor, j’ai réalisé qu’il y avait beaucoup à gagner avec les ingénieurs sur les réglages, donc j’y ai consacré toute mon énergie. Ensuite, le pilotage suit de lui-même, cela fonctionne ainsi en Formule 1. »

 

Anthony Meaux

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jessica Vetter : « J’ai énormément évolué »

Esteban Ocon explique pourquoi Force India l’a pris