in ,

Le « travel ban » (interdiction de voyager) est bloqué par la cour d’appel de San francisco. Donald Trump ira jusqu’à la cour suprême.

Donald Trump a « excédé les limites du pouvoir donné par le congrès » affirme la cour d’appel de San Francisco. Selon le président, l’Amérique a bien besoin d’un travel ban (littéralement bannissement de voyager) pour se protéger des pays dangereux, comme le soulignait le huffingtonpost hier en évoquant son tweet du 06 juin.

 

En effet, la décision de mettre en place un décret anti-migration visant exclusivement des musulmans a été bloquée lundi par la cour d’appel de San Francisco. Si l’Irak n’était plus visé par la décision d’interdire le séjour des migrants sur le sol américain, le «  travel ban » de Donald Trump n’entre à ce jour toujours pas en vigueur. Les pays concernés sont l’Iran, la Syrie, la Somalie, le Soudan, le Yémen et la Libye.

La réminiscence des attentats du 11 septembre qui ont touché New-York ressurgit aux lendemains de cette décision et pose la question des rapports que doivent entretenir les États-Unis avec les pays musulmans. Concernant ces relations, il a été déclaré que le président n’avait cependant pas assez démontré en quoi il y a, de nos jours, une menace de ce type d’immigrants pour le continent américain.

On ne peut pas dire que Donald Trump soit un président très populaire même lorsqu’il s’agit de lutter contre le terrorisme.

Pour l’instant, chacune de ses décisions déclenche toujours une réaction et il est assez facile de prévoir leurs aboutissements. En effet, l’annonce de ce décret si l’on s’en rappelle bien avait provoqué des interrogations et des débats multiples. Certains trouvaient l’idée trop réactive; d’autres avaient peur d’un abus de pouvoir et d’une exagération quant à la mesure du véritable problème d’immigration aux États-Unis, surtout que beaucoup d’entre eux y travaillent. Dans tous les cas, le président américain fait face ici à un blocage de ses décisions ce qui fragilise sans doute son autorité étatique.

Il semblerait que le président milliardaire veuille aller plus loin et saisir la cour suprême puisqu’il a effectué un recours en urgence le 1er juin auprès de la cour suprême; certain d’aboutir à une victoire après déjà trois blocages de la justice. Le porte-parole de la  Maison Blanche, Sen Spider, a déclaré que l’Amérique devait mettre tous les moyens de son côté pour « empêcher des terroristes d’entrer aux États-Unis et d’y commettre des actes de carnage et de violence. »

 

Farah chollet.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Au Sénégal, des outils numériques aident les micro-entrepreneurs

3 chattons hypnotisés par les dessins animés!