in ,

Construction de centres de détention « allégés »

Invitée du Grand Jury – RTL – Le Figaro – LCI dimanche 21 janvier 2018, la présidente de la région Île de France, Valérie Pécresse, a été entre autres interviewé sur le malaise qui touche le milieu carcéral français depuis le 15 janvier. Pour solutionner ce problème, elle a proposé la construction de centres de détention « allégés », notamment en termes d’accueil des petits délinquants.

Selon Valérie Pécresse, c’est une mesure qui pourrait permettre de trouver rapidement une issue à la surpopulation carcérale dont souffrent indéniablement tous les établissements pénitentiaires. Cette surpopulation est à l’origine des conditions de travail de plus en plus difficiles des surveillants de prison, de même que l’insécurité qui s’y accroît dangereusement.

Valérie Pécresse a rappelé qu’actuellement le taux d’occupation dans les prisons en Île-de-France s’élevait à 200 %, ce qui signifie que les établissements pénitentiaires accueillent deux fois plus de prisonniers que leur capacité normale. La présidente de la région Île-de-France a insisté : « Il y a des surveillants pénitentiaires qui sont sous une immense tension, il y a des risques de mutinerie, c’est un chaudron ! »

Il est donc urgent de trouver des solutions pour faire face à cette surpopulation. Et Valérie Pécresse propose : « Des centres de détention dans lesquels les conditions de la détention seraient un peu allégées, pour desserrer rapidement cette population carcérale. » Et elle poursuit : « L’idée c’est que ces centres de détention soient réservés à des détenus beaucoup moins dangereux, avec par exemple des délits comme la conduite en état d’ivresse récidiviste ou délinquance financière. »

Enfin, la présidente de la région Île-de-France conclut en suggérant que ces centres de détention soient assujettis à des contraintes de normes moindres et elle suggère de les installer éventuellement dans d’anciennes casernes pour les rendre utilisables plus rapidement et, de ce fait, éviter le temps obligatoirement long pour construire des prisons avec toutes les normes de sécurité nécessaires.

Quelles que soient les solutions qui seront trouvées, il est indispensable et urgent de lutter contre la surpopulation carcérale qui est à l’origine des conflits de plus en plus importants au sein des établissements pénitentiaires français. Il convient également de trouver des solutions pour éviter que des détenus dangereux et violents côtoient des prisonniers passibles de peines moins lourdes.

Le dossier des prisons et de sa surpopulation carcérale est un dossier très lourd et qui va encore sûrement faire couler beaucoup d’encre avant de trouver les solutions réellement appropriées.

 

Joscelyne Houssé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cette chienne perd ses poils par centaines !!

«On n’est pas couché»: Christine Angot accuse Jean-Luc Reichmann de surjouer dans «Les 12 coups de midi»