Exode estival : les chiffres clés de la traversée du détroit

438
Partager :
Exode estival : les chiffres clés de la traversée du détroit

D’après l’observatoire de l’immigration et de la démographie, on dénombre près de 1,5 million de Marocains vivant en France en janvier 2023 dont 670 000 d’entre eux sont binationaux. L’autre information à savoir est que lors de la saison estivale, un nombre élevé de Marocains rejoignent leur terre natale depuis l’intronisation du Mahraba. Pour ce faire, la plupart des voyageurs choisissent le ferry. Voici tout ce que vous devez savoir sur ce mode de transport.

Point sur la situation

L’opération traversée du détroit a repris le 23 juin pour s’achever le 15 septembre 2023, après avoir reçu le feu vert du roi Mohammed VI. De son côté, la Fondation Mohammed V pour la solidarité a été chargée de l’organisation de l’aventure. Pour rappel, l’initiative a fait l’objet d’un arrêt à la suite des épisodes épidémiologiques de 2019 à 2021.

A lire en complément : Les pizzas surgelées et leur impact sur l'environnement : une analyse

À ce facteur s’ajoutaient les conflits entre la France et le royaume Marocain concernant les questions du Sahara occidental. Depuis 2022, la traversée a signé son grand retour en 2022. Grâce au Mahraba, les chérifiens seront en mesure de passer les vacances d’été dans le royaume.

À ce jour, il s’agit de l’un des plus grands flux migratoires du monde comme en témoignent les 3,3 millions de personnes de tout horizon qui ont effectué le voyage sur le détroit en 2019. Pour cette année 2023, 1,5 million de marocains d’origine française sont revenus au pays d’après le dernier comptage du 15 Août. D’après les données recueillies au niveau des ports, une augmentation de 10,8 % par rapport à l’année 2022.

A voir aussi : Les problèmes courants lors de la synchronisation d'une montre connectée et comment les résoudre

La traversée en Ferry

L’opération migratoire ne concerne pas uniquement les humains mais également les véhicules. Là encore, les données de l’été 2023 évoquent 246 000 véhicules en provenance de la France en se basant sur les informations d’économie matin.

Pour accueillir ce nombre important de passagers humains et de voitures, il est nécessaire de prendre un ferry pour le maroc en départ du port d’Algésiras, Alméria ou encore Tarifa. Puis, après 1 heure à 2 heures de traversée, les voyageurs arriveront à Tanger ville, Tanger Med ou Sebta. Notez que d’autres itinéraires sont également disponibles, reliant d’autres villes espagnoles (Ceuta, Mellila) à des villes marocaines telles qu’Al Hoceima, Nador. Pour voyager au Maroc, un voyageur peut aussi prendre un river cruise Portugal dans les villes comme Lisbonne ou Portimão. Le port d’Algésiras est aussi accessible depuis le Portugal.

Il existe différents types de ferries allant des plus basiques aux plus luxueux, avec diverses options de sièges, de restaurants à bord et d’autres commodités. Cependant, il est conseillé de réserver des billets à l’avance afin que vous puissiez choisir les catégories de sièges et cabines adaptées à vos besoins avant le début de l’opération. Lors de la traversée, les passagers passeront les contrôles d’immigration et de douane des deux côtés du détroit. Il faut alors disposer des documents de voyage appropriés à portée de main.

Etant donné qu’un tel périple mobilise d’importantes ressources, le gouvernement Marocain a alors collaboré avec les Italiens et les Espagnols pour former un système d’accueil global. Cela a conduit à l’installation de 24 points d’accueil et d’assistance tout le long des routes migratoires.

Des impacts économiques importants

L’un des avantages de la traversée du détroit de Gibraltar reste sa capacité à booster l’économie. En effet, l’initiative stimule l’industrie du tourisme des deux côtés du détroit. Cela se traduit par des emplois dans l’hôtellerie, la restauration, le transport et d’autres secteurs liés au tourisme après les impacts négatifs de la Covid-19. Il est à signaler que les impacts économiques ne sont pas seulement bénéfiques pour le Maroc et l’Espagne, la France et l’Italie profitent également de cet exode massif.

Dans cette même veine d’enjeux économiques, les ports de départ et d’arrivée de la traversée sont des centres logistiques importants. Ils emploient du personnel pour gérer les opérations portuaires, le transport de marchandises et les services connexes, contribuant ainsi à l’économie locale. Les compagnies de ferry qui exploitent cette traversée généreront aussi des revenus substantiels. Cela s’explique par le fait qu’elles emploient du personnel pour gérer les opérations portuaires, les services à bord des ferries, la maintenance des navires et d’autres aspects de leur activité.

Il y a alors création d’emploi direct et indirect. À tout cela s’ajoute la rotation de navires. À titre informatif, depuis le 23 juin, 2 690 rotations ont été enregistrées. Par ailleurs, les passagers et les équipages des ferries dépensent de l’argent dans les villes portuaires, participant ainsi à l’économie locale. C’est notamment le cas dans le secteur artisanal, car les Marocains qui rentrent en France achètent des souvenirs auprès des commerçants avant de reprendre le ferry. De même, les voyageurs qui traversent les villes Françaises, espagnoles achètent aussi des souvenirs à ramener à la famille au Maroc.

Partager :