Développement numérique des territoires : quel rôle des collectivités ?

41
Partager :
La transformation numérique des industries est un passage obligé pour le développement des territoires français. Et les collectivités territoriales ont un grand rôle à jouer pour accompagner les acteurs publics et privés dans cette transition digitale. C’est en effet à elles de recenser et de mutualiser les besoins pour développer des réseaux mobiles sur mesure, aussi bien privés qu’hybrides. Une démarche qui peut être toutefois délicate pour des collectivités non préparées. Pour les guider dans leurs actions, l’opérateur de technologies digitales pour les entreprises Hub One a élaboré une feuille de route. Précisions.En mai dernier, l’opérateur de technologies digitales pour les entreprises Hub One a publié, en partenariat avec Tactis, Athonet et Kontron, une étude sur les réseaux radio professionnels en France et leur potentiel d’évolution vers des solutions 4G/5G privées. A l’issue de cette recherche, l’opérateur a identifié les collectivités territoriales comme des acteurs de premier plan dans le développement des réseaux et des solutions de connectivité.« Les collectivités, à l’échelle de leur territoire, doivent assurer un rôle de meneur pour fédérer les acteurs publics et privés, examiner les modèles de mutualisation possibles et encourager la mise en œuvre de projets communs sur le territoire », précise Hub One.

La transformation numérique des industries est néanmoins une démarche difficile, qui revêt une grande dimension opérationnelle et stratégique. En qualité d’expert en la matière, Hub One a souhaité guider les collectivités dans la mise en œuvre de projets digitaux communs sur leur territoire. L’opérateur a donc construit une feuille de route divisée en 5 actions.

A découvrir également : Une cigarette électronique ou une cigarette ?

1 – Un état des lieux des besoins de la collectivité

Hub One encourage tout d’abord les collectivités territoriales à faire un état des lieux de leurs propres besoins et ressources. Une analyse de la situation qui comporte deux étapes. Première phase : identifier les usages digitaux actuels et futurs de la collectivité. Il convient toutefois de les différencier. Il y a d’un côté les usages grand public, à l’image de la digitalisation des services publics (inscription cantine, renouvellement des papiers officiels…), et de l’autre ceux professionnels, comme le facility management, la gestion du trafic routier (pilotage de la signalisation routière) ou bien l’affectation des ressources disponible en temps réel (géolocalisation des vélos pour optimiser l’offre de mobilité alternative par exemple).

La seconde phase consiste à réaliser le bilan capacitaire. Il est conseillé à la collectivité de comparer les usages actuels et futurs à ses capacités techniques. En gros, lister les technologies en place qui permettront de répondre aux usages d’aujourd’hui et de demain. La collectivité doit aussi jeter un œil à sa couverture réseau. Quels réseaux sont accessibles ? réseau IoT, réseau PMR ? Mais il faut également se demander quelles sont les limitations (obsolescence, performances, sécurité, débit, latence…) ? Les réponses à ces questions seront les bases de la stratégie numérique, notamment radio pour la collectivité.

A découvrir également : Comment faire une déco de maison moderne ?

2 – Que demandent les acteurs du territoire ?

Après avoir étudié ses propres besoins, la collectivité doit maintenant rassembler ceux des acteurs du territoire. C’est donc la même méthodologie qui consiste à identifier les usages au regard des besoins actuels et futurs et analyser les moyens à disposition et/ou à développer. Hub One propose à la collectivité d’établir une cartographie des cas d’usages et des spécificités des entreprises et industries du territoire. Ainsi, la collectivité identifie les acteurs partageant les mêmes besoins qu’elle, et peut par la suite monter des partenariats locaux.

« L’objectif final est de pouvoir répondre à la question suivante : y a-t-il un besoin, au regard des usages, de développer un réseau mobile mutualisé de type privé et/ou hybride ? Y a-t-il une appétence des acteurs pour partager une même infrastructure au moins en partie ? Et si oui, de quelle manière : nombre d’utilisateurs ? Débit requis ? Périmètre géographique concerné ? À quel horizon ? », détaille l’opérateur de technologies digitales.

3 – Opter pour des solutions techniques répondant aux besoins de chacun

Place maintenant à la troisième phase qui nécessite d’interroger le marché et d’analyser les possibilités techniques. Ce travail permet à la collectivité de vérifier sur le terrain s’il est possible de mutualiser les besoins afin de faire émerger une solution digitale globale. En tant qu’autorité publique distincte de l’Etat, la collectivité a pour mission de faire vivre son territoire et de le rendre attractif. Pour cela, il faut fédérer un maximum d’acteurs économiques : secteur public, tissu industriel local, grands groupes, ETI, PME, PMI… Bref, tout le monde est concerné par la transformation numérique.

En parallèle, la collectivité se doit de réunir les parties prenantes (utilisateurs fournisseurs de solutions, décideurs publics) afin de repérer les scénarios techniques possibles. En listant ces scénarios, la collectivité écrème les solutions techniques existantes qui répondent aux besoins singuliers des acteurs. L’idée est de ne garder que deux ou trois scénarios compatibles en matière de degré de mutualisation, de bande de fréquence et de relation avec d’autres technologies au global (WiFi, IoT, réseaux mobiles publics).

4 – Valider, ou non, les scénarios techniques

La collectivité doit désormais vérifier si les scénarios techniques à définir sur le territoire sont réalisables. A ce stade, deux cas de figures se présentent : l’un où la mutualisation des besoins est possible, l’autre où ce n’est pas le cas. Dans la première situation, Hub One propose aux collectivités de se positionner pour monter un réseau opéré « multi-tenant » et de fusionner les infrastructures avec les acteurs concernés. S’il n’y a pas mutualisation possible, chaque acteur doit alors agir indépendamment avec le fournisseur (opérateur, intégrateur…) et la technologie (mobile, WiFi, IoT, PMR…) de son choix.

5 – Place au business plan

Dans le contexte où une mutualisation est possible, la cinquième et dernière action de la feuille de route consiste à monter un business plan entre la collectivité et les acteurs du territoire. Le business plan considère comme partie prenantes les décideurs publics, les industries locales majeures et les tiers intéressés. Cette étape permet aussi de valider les aspects administratifs et légaux.

L’établissement du business plan se fait autour d’un ou deux scénarios techniques de déploiement. Sur la base de ces derniers, les acteurs déterminent les structures juridiques possibles et les compétences opérationnelles nécessaires. Hub One conseille aux industries majeures du territoire de s’impliquer dans la recherche de solutions mutualisées, afin que tout se déroule au mieux. « Ensuite, la collectivité peut monter un opérateur local (avec ou sans l’aide d’un tiers) ou faire appel à un fournisseur alternatif, en montant un partenariat avec un acteur ayant la compétence d’opérateur », conclut l’opérateur de technologies digitales.

Partager :