Le marché du jouet est-il impacté par la guerre en Ukraine

322
Partager :

Les statistiques fournies par l’UNICEF sont effrayantes. Selon les chiffres, près d’un million d’enfants ukrainiens ont été contraints de quitter leur domicile depuis le début de la guerre. Face à ce grand fléau, les plus grands noms comme Playmobil, Lego et Disney se sont mobilisés pour soutenir ces enfants. Comment se porte le marché du jouet depuis le début de la guerre en Ukraine ? Tour d’horizon.

Une suspension des activités en Russie

En raison des sanctions internationales, bon nombre d’activités professionnelles ont dû être suspendues. Pour la majorité des grandes sociétés rattachées à la Russie, cette décision de cesser leur relation commerciale avec ce pays n’est en aucun cas influencée par la politique. Il s’agit surtout d’une stratégie pour limiter les pertes et assurer la pérennité de leurs activités. Dans le domaine de la fabrication de jouets, les imports et les exports de marchandises ont aussi été suspendus. Si pour certains, cette suspension n’est que partielle, pour d’autres, elle est totale. C’est notamment le cas de la société Delacoste, le créateur de Sophie la girafe.

A lire aussi : « Outlander » : ce que pense vraiment la mère de Sam Heughan à propos de ces scènes d'amour racées

Au niveau de l’industrie des jeux de société, les leaders sont presque unanimes. Bruno Cathala, l’auteur de Dragomino, a incité ses abonnés et ses collaborateurs à mettre fin à leurs relations commerciales avec la Russie.

La multiplication des dons

Les experts dans la fabrication de jouets ont aussi multiplié les dons depuis cette guerre. Ils ont décidé d’envoyer leur soutien aux enfants actuellement devenus réfugiés et laissés sans rien. Ces aides humanitaires leur ont permis d’attirer l’attention et de générer plus de vente. En effet, les consommateurs sont, pour la plupart, touchés par ce geste de solidarité. D’autres formes d’aide ont également été mises en œuvre. Il s’agit de récolter des dons à chaque jouet vendu. Les parents et les enfants des quatre coins du monde sont enthousiastes à l’idée de contribuer dans cette cause humanitaire de grande envergure.

A découvrir également : Les lauriers pour l’Ukraine de Bernard Anton

La cagnotte ne cesse de renflouer et les aides aux enfants ukrainiens sont de plus en plus importantes. La société Mattel, par exemple, a pu rassembler près d’un million de dollars. Elle a envoyé cette somme à des organisations caritatives qui viennent en aide aux victimes de la guerre en Ukraine. À travers sa fondation, Playmobil a offert une somme s’élevant à 150.000 euros. Lego a aussi déclaré avoir déversé une aide financière de 16,5 millions de dollars. Ces fonds ont été envoyés à l’UNICEF, à la Croix-Rouge danoise et à l’association Save the Children.

Guerre en Ukraine : les enjeux pour le marché du jouet

Malgré les impacts significatifs de la guerre entre la Russie et l’Ukraine sur l’économie mondiale, les sociétés spécialisées dans la production de jouets restent sereines. Leur objectif est de maintenir la stabilité de leur chiffre d’affaires et de profiter de cet événement marquant pour développer encore plus leurs activités. Malgré la suspension des relations commerciales avec les Russes, les fabricants de jouets font de leur mieux pour combler les manques. Pour se faire connaître et susciter l’achat via les émotions, ils ont adopté chacun d’eux leurs propres stratégies. Certains proposent directement de débourser une partie de leur bénéfice à des associations à but non lucratif qui sont en charge d’apporter les aides matérielles aux Ukrainiens. D’autres choisissent d’envoyer leurs équipes sur le terrain pour distribuer les dons. Enfin, certaines sociétés ont aussi choisi de faire des vidéos pour sensibiliser leur clientèle et inciter chacun de leur collaborateur à soutenir les enfants de ce pays. Jusqu’à maintenant, malgré les conflits entre la Russie et l’Ukraine, le marché du jouet reste stable. Outre le développement du marché du jouet, les jeunes enfants en Ukraine pourront aussi avoir le soutien nécessaire pour continuer à bénéficier de leurs droits fondamentaux.

Partager :