Comment choisir le meilleur livret fiscalisé de la banque pour faire fructifier votre argent

520
Partager :

En France, les livrets s’imposent encore comme une alternative d’épargne très intéressante. Cette option suscite toujours autant l’engouement des jeunes et des moins jeunes. Mais avec la diversité qui existe actuellement sur le seul territoire de l’hexagone, il est difficile de trouver le bon livret bancaire fiscalisé. Alors, comment faire le bon choix. Découvrez dans ce guide les différents critères à prendre en compte pour bien choisir le livret fiscalisé pour faire fructifier votre argent.

Éligibilité au livret

Pour bien orienter son choix parmi les livrets fiscaux en France, il faut déjà commencer par prendre en considération la situation et le statut de résidence. En effet, l’accessibilité à un livret fiscalisé de la banque peut être différente d’une situation à une autre. Et c’est le premier critère à prendre en compte lors du choix.

Il est important de préciser que si vous ne résidez pas en France, les options disponibles seront très limitées. Dans cette situation, vous n’aurez par exemple accès qu’aux Livret A étant donné que ni le Livret d’Épargne Populaire (LEP), ni le Livret Développement Durable et Solidaire (LDDS), ni le Livret Jeune n’est accessible que pour les résidents français.

D’un autre côté, l’éligibilité au LEP est soumise à un plafond de revenu variable en fonction du lieu d’habitation. Si vous dépassez ce plafond, vous ne serez donc pas éligible. Le Livret Jeune, lui aussi, est soumis à des conditions liées à l’âge. Lorsque vous dépassez un certain âge, cette option ne vous conviendra plus. Il est donc important d’analyser votre situation avant de faire le choix.

Plafond du livret

Chaque livret fiscalisé impose forcément un plafond de dépôt. Ce plafond étant différent pour chaque option, il est important de prendre en compte ce critère. Si vous envisagez d’épargner une somme plutôt importante, il vous faut un livret qui couvre cette somme. Dans le cas contraire, vous ne toucherez d’intérêt que sur une partie de votre épargne.

Notons toutefois que si le Livret A impose un plafond commun pour tout détenteur, le LEP, le LDDS et le Livret Jeune sont plus flexibles. Le plafond imposé est différent chez chaque détenteur pour les trois dernières options. Différents paramètres sont pris en compte pour désigner cette limite. N’hésitez pas à vous informer sur votre cas en particulier.

Taux de rendement

On a ensuite le taux de rendement ou d’intérêt qui est toujours très important en matière d’épargne. Les livrets d’épargne proposent des taux variables et réglementés. Le Livret A, par exemple, suit une formule de calcul fixée par les autorités publiques. Le LEP, quant à lui, est passé à 6,1 % d’intérêts depuis le 1er février 2023.

Toutefois, outre les livrets réglementés, les banques sont libres de fixer leur propre taux. Ainsi, ce critère doit également être pris en compte. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de différentes institutions bancaires pour comparer. L’objectif est avant tout de fructifier son épargne.

Fiscalité

Enfin, il y a la facilité qui ne doit pas également être négligée. Vous pouvez tout à fait trouver un livret proposant un excellent taux d’intérêt, mais ça ne sert à rien si vous devez payer une finalité élevée. N’hésitez donc pas également à vous renseigner à ce sujet.

Pour les livrets d’épargne réglementés en tout cas, ils sont soumis à une fiscalité spécifique. Le Livret A, le LEP et le Livret Jeune bénéficient d’une exonération d’impôt sur le revenu. En revanche, le Livret Développement Durable et Solidaire est soumis à une imposition.

Partager :