Une cigarette électronique ou une cigarette ?

33
Partager :

Un examen exhaustif des effets respiratoires du vapotage a mis en évidence ses effets biologiques néfastes sur les cellules chez l’homme et l’animal.

Quatre scientifiques de quatre universités de premier plan aux États-Unis ont effectué un examen complet de tous les articles scientifiques évalués par des pairs portant sur les poumons et ont publié leurs conclusions dans le British Medical Journal.

L’ équipe de quatre auteurs recommande fortement une réglementation plus stricte des produits de cigarette électronique.

A lire aussi : Les cheminées de maisons

Effets des cigarettes électroniques sur la santé pulmonaire

L’ auteur correspondant Rob Tarran, Ph.D., professeur de biologie et de physiologie cellulaires et membre de l’Institut pulmonaire Marsico de l’UNC, a déclaré : « Des études montrent des effets biologiques nocifs mesurables sur la santé pulmonaire et les cellules chez l’homme, chez les animaux et dans les échantillons de tissus étudiés en laboratoire.

« Les effets des cigarettes électroniques ont des similitudes avec ceux observés dans les cigarettes traditionnelles et des différences importantes. »

Lire également : Comment être efficace en télétravail ?

Les médecins savent que le développement de maladies chroniques mettant la vie en danger liées au tabagisme, comme le cancer du poumon et l’emphysème, prend des décennies à se développer. En outre, il a fallu des décennies pour prouver scientifiquement que fumer des cigarettes causait le cancer.

La vaporisation est populaire depuis environ 10 ans ; cependant, les scientifiques n’étudient les effets de la cigarette électronique que depuis cinq ans environ. Ce qu’ils ont trouvé jusqu’à présent suggère que le vapotage n’est pas sans effets. Ce n’est pas « sûr ».

Tarran, qui est également membre de l’UNC Lineberger Comprehensive Cancer Center, a déclaré : « Les connaissances actuelles de la communauté scientifique sont insuffisantes pour déterminer si les effets de la cigarette électronique sur la santé respiratoire sont inférieurs aux effets maintenant évidents des produits du tabac combustibles sur la santé. »

Principales constatations

Un certain nombre d’études épidémiologiques ont montré une augmentation des symptômes respiratoires chez les adolescents vapeurs, comme une augmentation des symptômes apparents à la bronchite, une augmentation de l’asthme, un essoufflement et plus encore.

Les chercheurs ont trouvé un certain nombre d’études qui ont montré des effets de la vaporisation sur l’ensemble du poumon, y compris des lésions pulmonaires possibles (comme des dommages à l’approvisionnement en sang du poumon), et ont identifié des rapports de cas dans le monde entier indiquant une pneumonie lipoïde, qui est similaire à ce qui est observé avec l’épidémie actuelle aux États – Unis.

Les chercheurs ont fait état d’un certain nombre d’études animales qui ont généralement révélé un risque accru de lésions pulmonaires et d’immunosuppression, comme une sensibilité accrue aux infections bactériennes ou virales.

Tarran a déclaré : « Nous avons également évalué les effets du vapotage sur les cellules en laboratoire (études in vitro).

« La plupart des études ont révélé que l’exposition à un e-liquide aux cellules pulmonaires avait des effets, y compris une cytotoxicité générale et une altération des fonctions spécialisées, telles que la sécrétion et la phagocytose, qui sont importants pour une bonne fonction pulmonaire. »

Les chercheurs ont examiné les effets possibles des constituants des e-liquides sur la santé y compris la nicotine, le propylène glycol/glycérine végétale et les saveurs. Il a été démontré que toutes les études effectuées sur des animaux et en laboratoire ont des effets nocifs à certaines concentrations. Cependant, compte tenu de l’éventail des comportements de vaporisation dans le monde réel, il est impossible de connaître les concentrations exactes auxquelles les vapeurs sont exposés au cours d’une période donnée.

Tarran a déclaré : « Fait intéressant, lorsque nous avons examiné tous les articles publiés sur les cellules pulmonaires primaires — directement des poumons des gens au laboratoire — les seuls rapports qui n’ont pas vu d’effet de vaporisation sur ces cellules étaient des études financées par l’industrie du tabac ».

Recommandation relative au règlement

Les chercheurs ont également formulé des recommandations à l’intention des cliniciens et sur la réglementation future des cigarettes électroniques. Pour les gros fumeurs, les cigarettes électroniques devraient être prescrites avec prudence comme solution de rechange au tabagisme et ne devraient être recommandées qu’à titre de méthode de renoncement, ainsi que des conseils et d’autres thérapies pour aider à cesser d’utiliser des produits de la nicotine de façon permanente.

Tarran a déclaré : « Nous recommandons que les produits vape soient réglementés plus rigoureusement selon le modèle des produits pharmaceutiques qui font l’objet d’une série bien définie d’études précliniques et humaines avant leur mise sur le marché. »

Les chercheurs ont également souligné les défis auxquels sont confrontés les chercheurs dans ce domaine et ont formulé des recommandations pour la recherche future, comme la nécessité de rechercher les effets néfastes potentiels de la vaporisation sur le développement pulmonaire des adolescents.

Vapoter comme renoncement à la cigarette

Suite aux résultats des chercheurs, certains médecins ont pris l’initiative de recommander à leurs patients la cigarette électronique, à défaut de ne pouvoir faire de prescription. Les réglementations provenant du ministère de la Santé se faisant attendre, ils ont préféré encadrer eux-mêmes les vapoteurs.

La popularité grandissante des cigarettes électroniques peut entraîner des dérives, une surconsommation ou une mauvaise utilisation de ces produits est probable. Mieux vaut prendre les devants et demander conseil à un professionnel de santé. Il pourra superviser un arrêt progressif du tabac au moyen de la vapote. Cet acte n’est pas à prendre à la légère et, comme évoqué précédemment, doit prendre effet en parallèle d’autres méthodes et thérapies d’accompagnement de renoncement au tabagisme.

À l’heure actuelle, le personnel soignant, médecins généralistes et tabacologues sont confrontés aux manques d’informations et d’études fiables pour pouvoir apporter des réponses précises aux interrogations de leurs patients. Comment choisir un eliquide ? Quelle quantité de nicotine est adaptée ? Ou encore, quelle cigarette électronique choisir pour gros fumeur ? Les réponses proviennent le plus souvent des spécialistes en boutiques, qui peuvent orienter de leur mieux les fumeurs en transition. Sans études par des instituts indépendants, leurs suggestions ne sont cependant, pas soutenues par la science.

L’inquiétude de la population, des cliniciens et du personnel soignant se porte sur les adolescents et le jeune public. En effet, depuis plusieurs années, on a constaté une augmentation de la consommation de la cigarette électronique et des produits associés, non plus comme substitut à la cigarette contenant du tabac, mais comme départ de consommation. En cause les goûts attractifs, nombreux, personnalisables, mais aussi l’impression de ne pas abîmer sa santé tout en étant considérés par leurs pairs. La pression sociale lors de l’adolescence joue un rôle important dans la prise de substances, légales ou non. La cigarette électronique est devenue une alternative à la cigarette perçue comme sécurisée.

En attendant que les services publics prennent des décisions fermes en termes de réglementations des eliquides et de la cigarette électronique, une communication informative quant aux potentiels risques et flou entourant ces produits est primordiale. Pour la santé des fumeurs en quête d’arrêt du tabac, des jeunes populations et pour que le personnel médical puisse accompagner au mieux leurs patients.

D’autres études sont attendues dans les années à venir, les effets de la cigarette électronique sur la santé restent encore méconnus.

Partager :