Les nouvelles pratiques écologiques funéraires en France

99
Partager :

En France, l’évolution des pratiques funéraires vers des alternatives écologiques prend de l’ampleur. De nouvelles solutions plus écologiques apparaissent ces dernières années et commencent à s’imposer. Elles reflètent une préoccupation croissante de la population pour l’impact environnemental même dans les moments de deuil. A travers cet article, découvrez les nouvelles pratiques écologiques funéraires en France.

L’humusation

Il s’agit d’un processus désignant la transformation du corps de la personne décédée en compost par le biais des êtres vivants microscopiques.

A lire aussi : Divorce et finances à Amiens : Comment protéger vos intérêts financiers lors d'une séparation

En quoi consiste à l’humusation ?

Le procédé consiste à enterrer le corps du défunt directement dans un site naturel préservé, comme une forêt, un champ ou une prairie, sans cercueil et produit chimique. Contrairement aux cimetières traditionnels, cette pratique favorise le retour du corps à la terre de manière organique.

Malheureusement, cette pratique est encore interdite en France en ce moment. En effet, la loi impose l’utilisation d’un cercueil. Ainsi, en attendant que l’humusation soit légale, vous pouvez faire appel à un professionnel compétent et expérimenté comme la Coopérative de Pompes Funèbres Rezé pour offrir à votre proche décédé des funérailles à la hauteur de son image.

Lire également : Divorce par consentement mutuel : comment procéder ?

Quels sont les avantages de l’humusation en matière écologique ?

Ses avantages écologiques sont multiples. Tout d’abord, elle réduit considérablement l’empreinte carbone associée aux funérailles en éliminant la nécessité de fabriquer des cercueils en bois traité ou en métal, ainsi que l’utilisation de produits chimiques pour la conservation du corps. De plus, elle favorise la préservation des écosystèmes naturels en évitant la création de cimetières traditionnels qui peuvent entraîner une déforestation ou une occupation de terres précieuses.

L’inhumation en pleine nature permet également de promouvoir la biodiversité en favorisant la croissance de végétation autour de la sépulture. Cela crée un habitat propice à la faune locale. Enfin, elle offre aux proches du défunt un lieu de recueillement plus paisible et naturel, en harmonie avec l’environnement, ce qui peut contribuer au processus de deuil.

Fertile soil is in the hands of agriculture,The concept of abundance in the soil, preserving the environment,organic vegetable growing,ecological development,non-toxic agriculture,composting

Le déroulement de l’humusation

L’humusation se déroule en plusieurs étapes. Tout commence par la préparation du corps et la cérémonie d’obsèques. Le corps est mis dans un linceul biodégradable. Quand il est enveloppé, il est mis sur une couche de mélange de copeaux de bois et d’argile humidifiée. Après cela, la cérémonie d’obsèques est organisée.

Après que le corps est recouvert de copeaux de bois. Le corps commence alors à se décomposer pour laisser du terreau au bout de 9 mois. Ce terreau s’utilise pour fertiliser le sol et pour faire pousser un arbre, qui s’appelle « Bois du Souvenir ». Les os et les dents du défunt sont réduits en cendre et remis à la famille. Grâce au processus de décomposition qui se déroule dans une température autour de 70°, les germes potentiellement pathogènes sont éliminés.

L’utilisation des cercueils biodégradables

Outre l’humusation, l’utilisation des cercueils biodégradables constitue aussi aujourd’hui pratique funéraire écologique en France. La solution consiste à utiliser des cercueils biodégradables fabriqués à partir de matériaux naturels tels que le carton, le bois non traité ou le bambou.

Conçus pour se décomposer rapidement une fois enterrés, ils réduisent l’impact environnemental des funérailles en évitant l’utilisation de matériaux synthétiques ou de produits chimiques nocifs.

Partager :