, , , ,

La Corée du Nord n’est pas responsable du piratage de Sony Pictures selon des cyber experts américains

Des Cyber-experts américains ont exprimé leur scepticisme à propos de la conclusion du FBI selon laquelle la Corée du Nord était derrière l’attaque notoire contre Sony Pictures Entertainment, citant le manque de preuves.

Des Cyber-experts américains ont exprimé leurs doutes quant à la participation de la Corée du Nord dans l’infâme attaque de piratage contre Sony Pictures Entertainment, le mois dernier.

« Il est pour nous clair et sans équivoque, en nous basant à la fois sur des preuves numériques et d’autres preuves que nous avons recueilli, qu’ils ne sont responsables ni de l’orchestration ni du lancement de l’attaque contre Sony », a déclaré Sam Glines, le directeur de l’entreprise de Cyber-sécurité Norse, cité par CNN.

Les experts insistent sur le fait que les preuves présentées par le FBI ne sont pas suffisantes pour accuser le régime communiste Nord Coréen de la Cyber-attaque.

Selon le FBI, les «Guardians Of Peace» (GOP), qui ont fait irruption dans le système informatique de Sony Pictures, ont utilisé un malware similaire à celui utilisé par la Corée du Nord dans des attaques contre son voisin du Sud. Toutefois, le logiciel malveillant a été exposé il y a longtemps et n’importe quel pirate aurait pu l’utiliser pour pénétrer dans le réseau informatique de l’entreprise.

D’autre part, les experts affirment que Pyongyang n’était pas capable de mener à bien une telle opération de piratage sophistiquée. Scott Borg le PDG de l’US-CCU (Cyber Consequences Unity), un institut de recherche indépendant, a affirmé que, bien que le régime de la Corée du Nord dispose d’un groupe spécial de guerre cybernétique, l’attaque est allée « au-delà du niveau de compétence que nous avons pu observer [dans le pays] ».

Bien que Pyongyang ait maintes fois exprimé son indignation concernant la sortie du film « L’interview qui tue! », Sony Pictures Entertainment a beaucoup d’autres ennemis « à la fois internes et externes », souligne le média. Par exemple, des pirates se faisant appeler Lizard Squad ont récemment, le 25 décembre, ruiné le réseau PlayStation de Sony. Selon des témoignages, le groupe était aussi derrière la perturbation du service Xbox de Microsoft.

En outre, d’anciens employés de la sécurité de Sony Pictures, frappés par des licenciements récents, auraient également été impliqués dans des cyberattaques, effectuées apparemment en représailles des licenciements.

Sam Glines suggère qu’une ancienne employée avec le nom de code « Lena », qui avait de hauts accès aux serveurs de l’entreprise et aux données des utilisateurs, aurait pu être derrière l’attaque puisqu’elle avait des liens avec le groupe GOP. Citant l’expert, CNN note que « Lena » était probablement folle furieuse suite aux licenciements. A ce moment-là, « Lena » peut avoir sympathisé avec les Cyber-pirates, dit Glines.

Il est à noter que ni le FBI ni Sony Corporation n’ont commenté sur les conclusions des experts concernant les intrus présumés ou le rôle de la Corée du Nord dans l’attaque.

« Il y a une myriade d’autres possibilités », souligne CNN, en se référant à de nombreuses attaques menées contre Sony dans le passé, y compris le vol de clés de sécurité en Octobre 2012 qui a permis aux utilisateurs de consommer des jeux piratés; en Avril 2011 une violation de données avait permis aux auteurs d’obtenir les renseignements personnels confidentiels de 77 millions de personnes; et en Juin 2011 une cyberattaque avait permis aux pirates de diffuser jusqu’à 150 000 dossiers de Sony Pictures.

Traduction : Rochelle Cohen

Source : sputniknews.com – agenceinfolibre.fr

4 commentaires

Leave a Reply

Laisser un commentaire

Voeux de Vladimir Poutine pour 2015

Quand Alizée se venge…