, ,

Lance Stroll : « Il me reste beaucoup à apprendre »

Rookie cette saison, Lance Stroll fait le point sur son arrivée chez Williams. Le jeune Canadien a du mal à croire qu’il va débuter la saison en Formule 1.

Lors de l’Autosport International de Birmingham rendant hommage aux 40 ans de Williams, Lance Stroll a pu voir les monoplaces du passé. Le débutant a été particulièrement épaté  :

« J’ai du mal à me faire à la situation. Il suffit de voir ces monoplaces pour constater que Williams est une écurie qui a marqué l’histoire. J’ai eu la chance d’avoir une visite guidée du salon et j’ai pu toucher de près l’ensemble de l’œuvre de Sir Frank et de Claire. Ils ont tant accompli en Formule 1, c’est incroyable. »

Il ne réalise toujours pas qu’il va débuter sa carrière à Grove. Il donne son point de vue à F1i :

« Je ne croyais même pas démarrer ma carrière chez Williams. Ensuite, quand vous débutez cela vous oblige à aborder les saisons les unes après les autres. Chaque année est un nouveau défi, il y a une préparation de plus pour une compétition qui a ses propres difficultés et inconnues. Lors du précédent exercice, j’ai mis beaucoup d’énergie en F3. Toutefois, je ne pensais pas que je serais en F1 directement. Finalement, c’est quasiment fou. »

Pilote pour l’écurie Prema Powerteam, Lance Stroll a remporté le championnat. Il explique que le niveau est tout simplement excellent :

« Le niveau était excellent. Tout d’abord, le championnat n’a fait que s’améliorer avec le temps. Ensuite, les écuries sont professionnelles, les motoristes se poussent les uns contre les autres. De plus, il ne faut pas oublier que le niveau en piste est très relevé. Pour les pilotes, c’est un excellent exercice auquel doit ressembler la compétition de haut niveau et c’est un passage presque obligé pour aller vers les échelons suivants. »

Ensuite, Lance Stroll a eu la chance d’avoir piloté sur des circuits en commun avec la Formule 1. Par exemple, il connaît le Hungaoring, le Red Bull Ring, Spa-Francorchamps, Monza et, dans une autre moindre mesure, le Circuit Paul-Ricard  :

« Exactement, tous les tracés européens visités par la F3 cette année figurent parmi le calendrier de la F1. J’ai eu la chance d’y rouler et, même s’il faut que je découvre d’autres tracés. Il me reste beaucoup à apprendre. »

 

Anthony Meaux

Laisser un commentaire